Postface

Soyons honnête, avant 1974, année où les hasards des mutations militaires  me propulsèrent à Laval, j’ignorais pratiquement tout de ce département et de son chef-lieu. Les diverses fonctions assumées dans mon régiment d’affectation : officier de relations publiques, officier de garnison et instructeur des cadres de réserve, m’amenèrent à mieux connaître  la Mayenne, Laval et surtout ses habitants. Lorsque l’heure de la retraite sonna, n’ayant pas d’attaches particulières dans l’hexagone, ayant tissés des liens amicaux autour de nous, nous décidâmes, mon épouse et moi d’un commun accord, de terminer nos jours en ces lieux calmes et verdoyants. Pour meubler le temps libre qui s’ouvrait devant moi, je décidais de le consacrer, en partie, à des activités en rapport avec mes anciennes occupations d’officier d’active. Entraînement des  réservistes avec rédaction de bulletins d’informations à leur usage, secrétariat associatif, etc, etc…

En 1988, le Délégué général du Souvenir Français pour la Mayenne, me sollicita afin d’occuper le poste de président de Comité pour Laval. J’acceptais volontiers car je ne pouvais oublier que la tombe de mon père, située dans le carré des fusillés du cimetière d’Ivry-sur-Seine, était entretenue par cette association.

En 1998, je pris les fonctions de Délégué général. Ces nouvelles activités plus les précédentes m’avaient amené à me déplacer énormément dans le département. Dans les villes, bourgs, villages, les cérémonies patriotiques m’avaient fait découvrir, à travers les lignes serrées de noms figurant sur les monuments aux morts, le sacrifice de la campagne française durant le premier conflit mondial.

Fidèle à la triple mission du Souvenir Français qui est de :

– conserver la mémoire de celles et ceux qui sont morts pour la France ou qui l’ont honorée par de belles actions,  dans la gloire et dans l’ombre,  afin de préserver la liberté et  les  droits de l’Homme,

– veiller et participer à l’entretien de leur tombes ainsi que des monuments élevés à leur gloire, tant en France qu’à l’étranger, qu’ils soient connus ou inconnus.

– transmettre le devoir de mémoire aux générations successives en leur  inculquant par le souvenir de ces morts, un idéal de liberté et d’amour   de la Patrie, il me parut important, en ce début de troisième millénaire, de réaliser un inventaire de tous ces monuments dont les premiers honoraient, déjà, les morts glorieux du conflit entre la France et  la Prusse en 1870-1871.

Cet inventaire fait l’objet de ce texte mémorial. Il est dédié à tous ceux, femmes et hommes, qui ont fait le sacrifice de leur vie en espérant nous donner la paix. La paix, ce bien si précieux que nous connaissons enfin en Europe occidentale, mais que hélas ne connaissent pas encore, bien d’autres nations.

Que le sacrifice de nos anciens reste toujours présent en nos coeurs pour éviter qu’un jour ne se déchaîne de nouveau, la haine et la mort.

Que les jeunes d’aujourd’hui et de demain n’oublie pas ce que représentent  ces témoignages du passé tragique et glorieux de notre histoire.

11 Novembre - Copie

Merci à Monsieur Jean Plantu pour cette caricature parue dans  le journal « Le Monde » le 12 Novembre 1999.

Remerciements :

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont aidé dans cette tâche et en particulier :

Le Conseil général de la Mayenne.

Le Directeur des Archives départementales – Monsieur Surcouf et son personnel.

Le Directeur de l’O.N.A.C. – Monsieur Desrues pour ses différents livres consacrés aux Morts pour la France de la Mayenne.

L’assistante Mémoire de l’O.N.AC. Mademoiselle Christelle Quéré.

Les édiles municipaux qui ont donné reponse à mon questionnaire.

Madame Agnes Morenne pour ses recherches et relevés sur les Morts pour la France.

Monsieur Pierre Antoine Gomez correspondant de Mémorial GenWeb.

Monsieur Ernest Davoust pour ses recherches et relevés sur les Morts pour la France en 1870-1871 et 1914-1918.

Monsieur Paul Briand de l’Huisserie pour sa collection de cartes postales.

Messieurs Bernard Girault pour son site « Visiter Laval », Jean-Marie Picard pour ses photos et l’association Mayenne WWII pour ses renseignements.

L’association Net’Entr@ide qui a réalisé ce site à partir de l’ébauche du livre original.

Ma compagne Liliane, qui m’a soutenu et  véhiculé tout au long de mes recherches.

Bibliographie.

  • Monument de Mémoire –  Secrétariat d’Etat aux Anciens combattants et Victimes de Guerre Edition 1991
  • L’Art et la Mémoire de 1914-1918 dans le Var – Commission Départemental de l’Information Historique pour la Paix 1998
  • Les Monuments aux Morts dans les Eglises – Images du Patrimoine Pays de Loire Edition 303 – 2014
  • La Mayenne de 1940 à 1944 de Francis Robin – Archives Départementales de la Mayenne -1997
  • Cinq Années de vie et de Guerre en Pays Mayennais de Marc Vallée – Edition IENA – 2000
  • Retrouvez vos ancêtres en 1914-1918 de Pierrick Bourgault Editions Ouest France – 2014
  • Les Mayennais dans la Grande Guerre Collectif – Conseil Général de la Mayenne – 2014
  • La Mayenne dans la Grande Guerre – Patrick Mongondry Editions Alan Sutton – 2010
  • Laissez vous conter les Lavallois dans la Grande Guerre de Amélie de Szercey Grangerv et Stéphane Hiland – Laval 2014
  • Mémorial de la Mayenne 1940-1945 Fusillés Massacrés Morts aux Combats de la Libération de Michel Desrues -et Magali Even – 2001
  • Mémorial des Morts en Déportation de la Mayenne de Michel Desrues – 2e Edition – 1999
  • Mémorial des Mayennais Morts pour la France en Indochine 1945-1957 de Michel Desrues et Christialle Quéré – 2004
  • Mémorial des Militaires Mayennais Morts pour la France en Afrique du Nord de Michel Desrues – 1997

 

Les Régiments de la Mayenne.

Les principaux régiments du département engagés dans le conflit avec l’Allemagne en 1914-1918 furent les 124e, 130e, 324e, 330e Régiments d’Infanterie et les 25e et 26e Régiments d’Infanterie  Territoriale. Les récits de leurs engagements par années de guerre sont relatés dans les ouvrage du Colonel (ER) Bernard Sonneck et sont édités par les Editions de l’Oribus.